Hoggar Institute

L'affairisme des corps constitués attise l'incivisme et la délinquance

Tribune Libre - Lounès Saâd

De jour en jour, les tensions sociales s'aggravent dans les villes algériennes devenues des barils de poudre prêtes à exploser à la moindre étincelle. Le prétexte footballistique peut être considéré comme un échauffement avant les grandes émeutes.

C'est maintenant que les élites doivent se mobiliser pour écrire une nouvelle page de notre Histoire. Rester tapis dans l'ombre silencieux en attendant une nomination à un poste est d'une lâcheté innommable. Ceux qui président aux nominations n'ont plus de légitimité. Leur incapacité à réagir face au désarroi populaire signifie leur atteinte du plus degré d'incompétence et d'imposture.

L'Algérie se trouve face à deux possibilités. Soit le jusqu'auboutisme des tenants du système conduira à l'autodestruction de l'Etat dont les institutions sont déjà en situation de déliquescence. Soit les élites se chargent de procéder à un nettoyage en profondeur des structures de l'Etat en le purgeant de tous les affairistes qui n'occupent leurs fonctions que pour s'enrichir.

C'est une véritable révolution culturelle qui doit être menée par les élites intègres et honnêtes. Un nouveau coup d'Etat pour re-construire, comme disait Boumediene, «un Etat qui survive aux événements et aux hommes». Les premières cibles à assainir en urgence sont les corps constitués qui forment l'ossature de l'Etat, symbolise sa force, assurent son impartialité et préservent sa pérennité. L'armée, la gendarmerie, la police, la douane, la justice regorgent d'affairistes et de corrompus en tous genres. L'exhibitionnisme matérialiste d'officiers ou de magistrats est tel que le principal critère de recrutement dans ses corps n'est plus de servir son pays, mais de se servir. La boulimie du détournement immobilier et foncier n'a pas suffi. Les fonctionnaires créent des sociétés en nom propre ou en prête-nom et les gèrent alors qu'ils sont toujours en poste et négligent de ce fait leurs obligations officielles. D'autres affichent ostensiblement un train de vie suspect dès qu'ils quittent leurs fonctions.

Cette dérive affairiste des corps constitués a contaminé toutes les administrations et le secteur économique public. Elle a aussi contaminé toute la société. Il n'y a plus de poètes, d'artistes, de sportifs,…. L'affairisme constitue aujourd'hui le justificatif et le moteur de l'incivisme, de la délinquance et de la désintégration sociale.

L'énormité de l'affaire Khalifa aurait dû être le point de départ d'une moralisation radicale des institutions. Six ans après la révélation du scandale et un an après le procès, les principaux responsables du fiasco financier sont toujours en poste. Laksaci, Medelci, Djoudi, les Pdg de banques, les responsables du renseignement, etc… sont encore là. Il est des pays où une simple affaire de mœurs pousse un responsable à la démission, parce que contraire à la probité d'une fonction officielle.

Le drame auquel est arrivé le système est qu'il ne suffit plus de légitimer des élections. On n'élit pas un fonctionnaire. Il faut reconstruire les fondations morales d'un nouvel Etat avec une nouvelle génération d'officiers et de fonctionnaires en commençant par le sommet de la pyramide.

Saâd Lounès
31 mai 2008
 

Commentaires  

 
0 #1 affairisme des corps constituésBaba ali 06-06-2008 15:43
Les affaires ont commencé depuis fort longtemps, elles existaient déjà durant la révolution, avant c'etait concentré autour du noyau du système instauré par le MALG et son patron Boussouf, Chadli a démocrartisé la corruption qui a assassiné B Diaf, zeroual l'a développé Boutaflika l'a instiutionalisé et nommé Son frère Said Ministre d'"Etat chargé de la corruption de la mafia et des affaires familiales..



Depuis quand l'Algérie formait une nation , elle a de tout temps baigné dans les révoltes la gabégie. , Elle trouve toujours son équilibre dans l'anarchie on y est dedans.
Citer | Signaler à l’administrateur
 
 
0 #2 Algerie un pays de desordre et de la debondadeamir 14-06-2008 18:30
faut-il continuer a vivre sous la la loi de la mafia de boutef et ses acolytes.pourquoi nous n'arrivond pas a se debarasser de vieux caracasses de nos governants? sommes.nous des laches? les grands peuples sont ceux de L'est qui ont arrives a mettre fin au dictat.ici le pouvoir joue sur l'islam et tous les faux prob de la societe pour rester ua pouvoir.

Mais le BOn Dieu les emportera un jour.

Parfois je dis que nous aurions du rester sous l'occupation des colons francais:je ne suis ni harkis pour dire ca mais juste je m'interoge.
Citer | Signaler à l’administrateur